}); UCLA Extension : Bilan d'une diplômée

UCLA Extension : Bilan d’une diplômée !

Ca fait des mois et des mois qu’on me demande mon avis sur UCLA Extension en général, sur les cours, comment est-ce que ça se passe, quelle est la charge de travail, est-ce que les examens sont difficiles, quels cours je conseille (pour ceux qui se lancent dans le même certificate que moi, c’est à dire Music Business). J’ai volontairement attendu la fin de mon année pour vous faire un bilan général le plus complet possible. Nous voila donc mi-juin, je viens de terminer les cours et j’ai ma graduation dans quelques jours. Le moment est donc arrivé pour vous faire un bilan de ces 9 mois ici !

Je précise que mon avis est strictement personnel et est basé sur mon expérience, sur mon profil, sur mes envies professionnelles, la période où j’ai été la, bref sur moi. C’est fort possible que d’autres personnes qui aient suivi ces mêmes cours aient des avis différents.

Je vais revenir sur plusieurs points dont on me parle beaucoup :
★ Mon avis sur les cours / les profs
★ Les grades
★ Les personnes qui sont en cours avec moi
★ Le lieu des cours

IMG_2273

UCLA EXTENSION: BILAN COURS PAR COURS

J’ai déjà expliqué le principe de UCLA Extension dans de précédents articles, notamment  dans celui à propos du choix de mes cours pour le premier quarter (par ici), donc pour comprendre le système des units et des cours imposés/electives, je vous donne rendez-vous sur l’autre article !

.

FALL QUARTER

 MUSIC X 447.31 The Insider’s Guide to Music Management – John Hartmann – Cours imposé

Avis : Ne vous attendez pas à un cours très carré qui vous expliquera d’une manière théorique comment devenir manager et quel est le job en lui-même. John Hartman vous partagera son expérience, à vous de prendre note de ce qu’il dit. J’attendais un cours beaucoup plus structuré, j’ai vite été déçue, à contrario des personnes ont adoré ce cours. C’était mon premier quarter, je n’étais pas des plus à l’aise avec l’anglais donc j’avoue avoir eu du mal à suivre. De plus je n’étais pas du tout familière avec ce type d’enseignement, d’ou ma déception. Je vous conseille de prendre ce cours dès le début pour vous donner une overview du management et de l’industrie musicale en générale, ou bien à la fin quand vous devez remplir vos 12 units et que vous ne savez pas quoi prendre. J’ai tout de même appris des choses, mais j’attendais plus de choses concrètes sur le vrai métier de manager. Fun fact: Il fera le grand écart au milieu de la salle le premier jour, c’est normal. Il vous invitera à faire du yoga dans la forêt, c’est normal aussi.

Examens / Travail personnel : C’est bien simple, il n’y a pas d’examen dans ce cours ! Seule l’attendance compte. Si vous manquez un cours vous devrez faire un compte rendu de la lecture que vous êtes censé regarder pour le prochain cours.

Prof : Première chose à savoir, c’est qu’ils sont plusieurs dans sa tête, donc il faut suivre. J’avoue ne pas être très fan des profs qui racontent leur vie sans qu’il y ait une structure. Il a fait beaucoup de choses, a travaillé avec de très grands artistes, donc il a beaucoup de contacts, c’est le point positif. Mais l’écouter parler de sa vie et de son Holidigm pendant 4 heures le samedi, c’est vite fatiguant. Sachez aussi qu’il vit toujours en 1960.

★ MUSIC X 448.80 Do-It-Yourself Music Marketing – Bobby Borg – Marketing

Avis : Je dirai que le gros point positif de ce cours sont les guest speakers. On a eu plusieurs profils : des artistes, des pros des RP, des Community Manager.. Mais le tout toujours tourné vers l’entertainment et le marketing. Pour ceux qui ont un projet, ce cours est très utile pour avoir quelques tips pour bien démarrer. Si vous êtes nouveaux dans le PR ce cours vous sera très bénéfique pour en apprendre les rouages.

Examens / Travail personnel : On m’avait dit qu’il y avait beaucoup de travail  personnel en marketing, je le confirme ! Soit vous faites un plan marketing, soit vous faites l’analyse critique de ceux qui le font. En plus de ça vous aurez des QCM à rendre chaque semaine. C’est principalement du travail continu, le final n’en est pas vraiment un. Tant que vous êtes présent et que vous rendez la majorité de vos devoirs vous aurez A.

Prof : En général on dit que soit on adore Bobby Borg, soit on le déteste. C’est un personnage, et il s’aime (un peu trop). Mais il est cool. Les cours se font dans une bonne ambiance. Il vous demandera de faire de la pub pour son bouquin, il en est super fier et vous le dira, re dira et re re re dira. Il fait d’ailleurs pas mal de chantage illégal à ce sujet, du genre je vous augmente votre grade si vous laissez un avis positif sur Amazon. Pas sur que ce soit une très bonne idée marketing ! Il envoie des mails à 3h du matin, ne soyez pas étonnés.

★ MUSIC X 448.17 Music Publishing: Law and Business – Steve Winogradsky – Publishing

Avis : J’appréhendais beaucoup ce cours car le publishing est quelque chose de super pointu et technique. J’avoue que je n’ai pas forcément tout assimilé mais j’ai (à mon propre étonnement) bien aimé ce cours. Il y a beaucoup de choses à apprendre et à comprendre, c’est beaucoup de choses « techniques » du fait que c’est le publishing et qu’il faut être très carré avec ça. Même si je ne me destine absolument pas à ce milieu ce cours m’a été très bénéfique car quand on travaille dans le Music Business c’est bon d’avoir des bases d’un peu tout, et je suis contente d’avoir appris des choses liées au publishing, ça peut toujours servir. Pour avoir eu quelques échos de l’autre cours de Publishing, je vous conseille celui-ci.

Examens / Travail personnel : Aucun travail personnel par contre les examens sont de vrais examens avec une vraie notation, c’est à dire que vous aurez un QCM (mid-term et final, c’est juste le nombre de questions qui change) donc il faut pas se rater. Mais il n’est pas la pour nous faire avoir un F donc il y a toujours moyen de discuter avec lui si le grade n’est pas bon.

Prof : Ce que j’ai apprécié c’est le fait qu’il arrive à rendre quelque chose d’assez carré plutôt sympa. Il est sympa et marrant, et fait souvent des références à Taylor Swift. Et si vous ne comprenez pas quelque chose ils vous ré expliquera. Il a conscience que tout le monde n’est pas américain et veut vraiment qu’on comprenne. Quand je l’ai vu pour la première fois je me suis dit « ça va pas rigoler » et finalement si !

 

WINTER QUARTER

★ MUSIC X 446.2 A&R: Making Music from Acquisition to Release – Barry Squire – cours imposé

Avis : Ce cours n’était pas des plus passionnants pour moi car encore une fois, comme le cours de management, c’était beaucoup de « racontage de vie ». Le prof nous raconte ce qu’il a fait, comment il a fait, donc forcément il y a du bon à prendre mais j’ai du mal avec ce type de cours, tout simplement. Ceci étant dit on a eu de bons guest speakers, d’ailleurs pour l’anecdote Bruno Mars himself était venu en cours pour raconter son parcours il y a 2 ou 3 ans de ça, quand il commençait à peine à être connu.

Examens / Travail personnel : Pas de travail personnel, l’attendance compte beaucoup dans la note finale. Un mid-term et un final à faire chez soi, où vous devrez parler d’artistes non signés. Le mid-term est très simple, le final un peu plus poussé (je remercie d’ailleurs Alex qui s’est fait sa propre analyse et qui m’a obtenu un A!)

Prof : Barry Squire est un peu mou du genou, il faut tout répéter et parler fort ! Mis à part ça il a été A&R à Warner pendant plusieurs années et a travaillé avec de nombreux artistes qui sont à aujourd’hui dans superstars, je citerai notamment Bruno Mars, Katy Perry et Britney Spears, c’est donc un très bon contact !

★ MUSIC X 448.86 Touring, Tour Accounting, and Merchandising – Howard Wolf – cours imposé

Avis : Le cours de touring c’est le cours que j’attendais le plus. Celui qui allait m’apprendre plein de choses et me donner plein de contacts. En théorie. En pratique ça a été un peu différent. J’ai appris des choses, mais plus grâce au livre que grâce au prof. La majorité de la classe était d’accord : les cours étaient interminables, on répétait 100 fois les mêmes choses. Il y a deux profs pour le cours de touring, ça dépend du quarter. Alors si vous pouvez, prenez l’autre ! Ca reste quand même un cours intéressant, mais si vous avez un stage dans le touring avec de vrais responsabilités croyez-moi que vous apprendrez beaucoup plus vite sur le terrain. Mais la théorie reste toujours bonne à prendre !

Examens / Travail personnel : Vous aurez chaque semaine des devoirs, il vous sera nécessaire d’avoir le livre. Le mid-term est un QCM. Pour le final, vous devrez présenter un projet qu’on vous expliquera dès les premiers cours et vous aurez tout le quarter pour le préparer (le projet en question étant d’établir le budget d’un concert en prenant en compte plusieurs critères).

Prof : Je vous ai parlé de John Hartmann qui a plusieurs personnes dans sa tête et de Barry Squire qui n’entend et se souvient de rien, et bien Howard Wolf est tout simplement un mélange des deux ! Il vit toujours en 1960 aussi, et ne comptez pas sur lui pour vous donner des contacts pour des stages ou autre, il ne vit pas sur LA. Heureusement il est sympa, et maitrise bien son sujet. Il a travaillé avec de grands artistes (à son époque). Negotiate est son mot favori.


★ MUSIC X 448.35 Legal and Practical Aspects of the Music Business – Dina LaPolt – cours imposé

Avis : Tout comme le cours de publishing, le cours de Dina était un cours que j’appréhendais car très carré. Dès que ça parle de loi je suis perdue. Mais tout comme le cours de publishing j’ai été très surprise. Ca reste très carré et très technique, il y a des parties pas forcément intéressantes (lire des lois pendant 30 minutes ça soule vite) mais c’est intéressant car ça touche à tous les aspects du Music Business. Il y a des sujets bien plus intéressants que d’autre mais le gros point positif c’est que tout est à jour, Dina est toujours au courant de tout ce qui se passe dans le milieu et vous serez au top des dernières tendances/lois/affaires etc… Je conseille de prendre ce cours au début de votre certificate car vous apprendrez plein de choses dans la bonne humeur !

Examens / Travail personnel : J’allais dire rien, mais je me suis rappelé qu’on avait quand même eu un final, et c’était pas des plus simple. Mais c’est à faire chez soi, avec internet et les cours donc surmontable ! Sinon à part ça aucun travail, pas de midterm.

Prof : Quand j’avais vu la photo de Dina sur le site de UCLA Extension, j’avais eu peur. Et puis je suis arrivée en classe et j’ai vu cette blonde liftée à l’esprit rock et toujours bien habillée, j’ai eu moins peur ! C’est une super prof, une vraie pro (c’est l’avocate d’énormément d’artistes, elle ne nous a jamais vraiment dit qui étaient ses clients mais il y a du très lourd!). Elle est redoutée et ça se comprend ! J’ai beaucoup aimé le cours et le personnage. Toujours souriante, contente d’être la, qui est au courant de tout ce qui se passe dans l’industrie musicale. Vraiment, je recommande ! Avoir cours avec elle c’est un honneur tellement cette femme pèse dans l’industrie. Si vous avez cours un samedi matin vous ferez un petit dej, c’est plutôt sympa ! Elle adore Stromae !

 

SPRING QUARTER

★ MUSIC X 441.3 Audio Recording Theory – Michael Blum – Production

Avis : Je ne vais pas y aller par quatre chemins : ce cours a été mon pire cours. Je détestais. J’en étais arrivée à un point où j’arrivais à ne même plus entendre le prof parler tellement ça m’ennuyait. Ce cours est super intéressant, mais pas pour moi. On m’avait prévenu, on m’avait dit que j’allais pas aimer et que je ne comprendrais rien, mais je n’ai pas eu le choix, il me fallait un cours de production pour valider mes units et c’était le seul dispo. C’est un cours destiné aux ingés son, ce que je ne suis pas. C’est fait pour des gens qui travaillent en studio et qui touchent à la console. Le cours est très tourné physique, savoir comment est produit le son, notre perception, quel réglage il faut faire sur la console, quels types de micros utiliser, ça parle courant alternatif, diagramme,  fréquence, amplitude, hertz, volts, raréfaction, EQ … Bref, des mots que même en français je ne comprend pas !! Donc si vous êtes passionné, vous allez adorer le cours, d’autant plus que le prof rentre bien dans les détails. Si vous ne l’êtes pas, sachez que je pense fort à vous. L’autre cours de production est plutôt moins pointu et beaucoup moins théorique, prenez le. Vraiment, je dis ça pour vous. La torture a trop durée.

Examens / Travail personnel : Un mid-term (un QCM) et un final (un QCM également). Si vous ratez le mid-term (mauvais grade ou absence) vous pourrez le rattraper la semaine d’après. C’était l’angoisse, j’ai eu la pire note de toute ma vie (hormis mon 0,9 de moyenne en maths en 4ème). Sortez vos crayons à papiers vous allez devoir dessiner des oreilles !

Prof : Je n’ai rien à dire sur lui, c’est un bon prof, un passionné, il a son propre studio où de grandes stars ont enregistré, il a aussi bossé avec pas mal d’artistes (notamment Michael Jackson). Il est à l’écoute, répond à toutes les questions, bref un super prof. C’est juste qu’il aurait pu me parler en russe, pour moi ça aurait été pareil !

★ MUSIC X 447.22 Beyond the Creative: What You Need to Know about the Business of Music – Owen Husney – Elective

Avis : Ce cours peut-être très intéressant si vous le prenez tout au début de votre certificate parce que vous allez parler de beaucoup de sujets. Pas de chance je l’ai pris à la fin donc j’avais déjà vu en détail la plupart des choses dont on a parlé. On m’avait dit que les guest speakers étaient géniaux, j’en ai eu que très peu malheureusement (deux ou trois il me semble). C’est vraiment un cours à prendre en début de certificate pour avoir une overview générale du Music Business, vous aborderez rapidement des sujets qui seront développé dans les autres cours, donc ça permet d’avoir une petite base. Mais je vous avoue qu’en fin de certificate, à part vous garantir d’avoir un A il n’y a pas trop d’intérêt.

Examens / Travail personnel : Quelques devoirs quelques fois, mais ce n’est pas systématique. Un QCM en guise de mid-term, un papier à rendre pour le final (sur vous, ce que vous voulez faire, les gens avec qui vous aimeriez travailler, etc…). Owen ne veut pas que vous ayez moins de C donc si vos notes ne sont pas top ou que vous n’avez pas rendu vos devoirs à temps, vous pouvez toujours vous rattraper en faisant un travail supplémentaire à la fin du quarter.

Prof : Owen Husney n’est autre que l’ancien manager de Prince. Voila. Ca en dit long !

 

★ Le restant de mes units (les 8 manquantes) étaient mon stage ! J’ai fait un stage au Winter Quarter et un stage à Spring ! J’arrive donc à 40 units en 9 mois ! Certificate validé !

Voila donc pour le bilan de mes cours. Je me répète, ce n’est que mon avis, par rapport à ce qui m’intéresse à moi, ce que j’attendais en venant à UCLA. Votre profil est sûrement différent du mien, on a pas tous les mêmes projets, les mêmes envies, et le même cursus scolaire. Mais ça peut déjà vous donner une idée de ce qui vous attend.

 

UCLA EXTENSION: LA NOTATION

Venir en cours ce n’est pas tout, il faut réussir ses examens, et au niveau de la notation c’est un peu différent de la France. Peut-être que vous avez eu l’habitude d’être noté avec des lettres (perso je l’étais lors de ma licence en Production Audiovisuelle, je pense que toutes les grandes écoles le font), mais sachez que le grade à UCLA est assez sévère (à mon avis). Il ne suffit pas d’avoir la moyenne, un 10 ne suffit largement pas. Il faut donc être bon ! Pour valider le cours et le diplôme, il faut avoir au minimum C. Dans l’ensemble des classes c’est facile car il n’y a pas un vrai examen vous avez souvent A si vous êtes présent et que vous faites le final, mais pour les cours où vous aurez des QCM pas le droit à l’erreur !

Vous aurez le détail sur le syllabus correspond à votre cours, mais pour vous donner une idée, les grades vont de A (90-100%) à F (moins de 59%). C correspond à 70-79%, donc comme je vous disais c’est bien plus que la moyenne ! La plupart des profs vous diront qu’ils ne veulent pas que vous ayez F donc ils sont plutôt cool et arrangeants.

Petite pression supplémentaire pour tous ceux qui sont sous visa : si vous avez F votre classe n’est pas validée, donc si vous aviez pris que les 12 units nécessaires et que vous n’en validez pas une partie, votre visa sera annulé !

UCLA EXTENSION: LES ELEVES

Désolé pour le terme « élèves » qui fait un peu collège ! ;)

On m’a beaucoup demandé quel était l’âge moyen des personnes qui étaient à UCLA. C’est assez difficile à dire parce que ça varie vraiment selon les cours. La grande majorité a la vingtaine, mid-20 comme on dit, donc le même âge que moi ce qui est plutôt cool. J’ai côtoyé très peu de jeunes, par contre j’ai eu à plusieurs reprises des personnes bien plus âgées avec moi en cours. Lors de mon premier quarter, j’avais été étonnée de voir qu’il y avait énormément de professionnels et même des retraités en cours de publishing ! Mais beaucoup font ça pour compléter leurs connaissances, et aussi car le publishing/licensing devient quelque chose de très important aujourd’hui (même si ça l’était déjà avant!). Du coup beaucoup viennent en plus de leur travail, pour avoir plus de connaissances, ou alors parce qu’ils sont en reconversion professionnelle. J’avais eu quelques adultes aussi en cours de droit avec Dina LaPolt, mais c’est parce que ce cours fait partie des units que les avocats doivent valider (une histoire comme ça). A chaque cours j’avais deux ou trois adultes, mais sinon dans l’ensemble ça reste des jeunes entre 20 et 35 ans.

Il y a énormément de chanteurs, beaucoup de producteurs aussi. Et puis il y a les gens comme moi, ceux qui sont du côté backstage et non côté scène. Tous les « étrangers » font le certificate complet, beaucoup d’américains ne prennent que quelques cours par ci par la. Dans l’ensemble, tout le monde a déjà un pied dans le milieu, rare sont ceux qui débarquent de nul part, hors les adultes en reconversion professionnelle.

Pour ce qui est du nombre de personne par classe ça varie d’un cours à l’autre. Disons que ça va de 25 à 50 (oui, c’est une grande fourchette!). Ca dépend du cours. Les cours très carré comme celui de Steve ou de Dina attirent beaucoup de monde car il y a beaucoup d’adultes et de professionnels. Donc ça varie vraiment, mais ce sont jamais des cours avec des amphi pleins à craquer, loin de la !

IMG_2642

 

UCLA EXTENSION: LE CAMPUS

Encore une question qu’on me pose sans cesse : Les cours se font-il sur le campus de UCLA ?

OUI !

Oui vous aurez cours dans UCLA même, dans les bâtiments les plus mythiques du campus (Royce Hall, Haines Hall, Dodd Hall…). Vous pourrez aussi avoir cours dans Westwood, dans un des deux bâtiments de UCLA Extension (Lindbrook ou Westwood Boulevard) mais mis à part celui du samedi, j’ai toujours eu cours sur le campus. Par contre, si les bâtiments font rêver de l’extérieur c’est un peu moins le cas de l’intérieur. C’est assez ancien, mais c’est aussi ça qui fait le charme. Soit vous aurez cours en amphi, soit dans des salles normales avec les tables typiques des universités américaines (on s’y fait vous inquiétez pas!). Mais rassurez-vous, vous serez dans le campus comme les vrais étudiants, c’est juste que vous arriverez en cours au moment où tout le monde part !

IMG_2271

 

Si je dois faire un bilan global de mon année à UCLA Extension il est vraiment positif. Même si je n’ai pas été fan de tous les cours et de tous les profs, j’ai appris énormément de choses. Ma déception sur certains cours vient du fait que je m’attendais à avoir des cours assez structurés comme j’ai toujours eu, donc c’était nouveau pour moi de devoir écouter quelqu’un raconter sa vie, et devoir prendre des notes de ça. Mais UCLA est une très bonne école, nos profs sont pour la plupart assez âgés mais c’est parce qu’ils ont une grande carrière derrière eux ce qui leur permet de parler en connaissance de cause. Les opportunités de networking sont nombreuses, et le fait de pouvoir faire des stages reste pour moi la meilleure chose parce que c’est ça qui vous aidera à entrer dans le business ! Faites aussi très attention aux gens qui sont dans votre classe parce qu’une grosse partie de votre networking se fera via vos camarades ! La grande majorité sera des chanteurs, mais l’autre partie sera des personnes qui travaillent donc les premiers jours quand les présentations sont faites, notez dès que le nom d’une entreprise vous fait tilt !

Pour ceux qui hésitent, je vous conseille de vous lancer, mais à certaines conditions et notamment avoir fait un minimum d’études en France. Ne venez pas si vous n’avez pas un Bac+3 au minimum. Il faut que vous ayez un minimum de bagage derrière vous, et comme je l’ai toujours dit UCLA Extension est une formation professionnalisante, il faut que vous sachiez ce que vous voulez, lancez-vous pour terminer vos études et vous lancer dans la vie pro, pas dès la sortie du bac c’est sans intérêt.  Sachez aussi que si vous venez avec l’objectif de rester mais que vous n’avez pas de bac+3, il vous sera impossible d’être sponsorisé puisqu’il faut un niveau bac+3/4 pour obtenir le visa H1B.

Pour moi UCLA aura été une super expérience, autant personnelle que professionnelle. J’ai une des plus grandes université au monde sur mon CV, j’ai pu faire des stages et notamment un dans l’entreprise que j’avais toujours rêvé d’intégrer, donc le bilan ne peut être que positif ! Maintenant, advienne que pourra ! :)

11402682_10207357847243279_4144707987036916257_n

Pour ceux qui ont des questions plus spécifiques, vous pouvez me joindre via l’onglet contact !

signature logo

6 Comments

  • Mariame 03/04/2017 at 2:11

    Hello Gaelle! Je songe aussi à cette formation pour sepmbre prochain Cela te parait-il trop court du point de vue obtention du via tout ça ? et en terme de cout global sur l’année approximativement ca t’es revenu à combien ?

    Reply
    • Gaelle 05/04/2017 at 10:45

      Hello Mariame, tu es dans les temps pour septembre mais ne perds pas de temps, et ne rates pas ton TOEFL au risque de devoir 2 mois avant d’avoir un nouveau rendez-vous. Pour l’annee c’est difficile a dire, bien plus que les 25000 demandes ca c’est sur ! Je dirai autour de 30-35K facile.

      Reply
  • ines 28/01/2016 at 2:16

    Coucou Gaëlle, super ton blog! Merci énormément car on apprend plein de trucs super!! J’aurai une question, quand tu dis  » Sachez aussi que si vous venez avec l’objectif de rester mais que vous n’avez pas de bac+3, il vous sera impossible d’être sponsorisé puisqu’il faut un niveau bac+3/4 pour obtenir le visa H1B. » Est ce qu’il faut avoir un Bac+3 avant d’aller aux etats unis ou est ce qu’on peut venir avec un bac+2 puis faire le certificat et être ainsi considéré comme avoir fait un bac+3? (et donc pouvoir être sponsorisé par la suite)

    Merci!!!

    Ines

    Reply
    • Gaelle 29/01/2016 at 12:27

      Hello Ines, merci beaucoup !
      Le Certificate n’a pas de niveau scolaire, du coup ça ne compte pas comme un bac+3. Donc oui, il te faut au moins un niveau licence en France si tu envisages un H1B par la suite.

      Reply
  • hellobuffalo 18/06/2015 at 6:52

    Super article qui permet de comprendre les universités « de l’intérieur » ! J’attends celui sur le graduation day ! ;-)

    Reply
    • Gaelle 18/06/2015 at 8:25

      Il arrivera bientôt ! :)

      Reply

Laisser un commentaire