Travailler dans la musique

Article un peu particulier aujourd’hui puisqu’il n’a pas de réel lien avec Los Angeles, mais plus avec moi et ce qui m’a poussé à être la aujourd’hui. Je ne sais pas si c’est parce que la rentrée approche, mais j’ai reçu pas mal de messages de personnes qui me demandent comment faire pour travailler dans la musique, me posent des questions sur les études à faire, si tel ou tel cursus est un bon choix, comment j’ai décroché mes stages, comment j’ai fait pour partir aux Etats-Unis (bon ça vous le savez déjà si vous suivez le blog ou si vous lisez la page About Me).

.
Petit avant-propos pour démarrer :

J’ai l’impression que ces dernières années la musique est en train de devenir un métier à la mode, et pas pour les bonnes raisons. Les phénomènes Bieber, One Direction & co y sont pour beaucoup. Les gens pensent que parce qu’ils travaillent dans la musique ils pourront rencontrer leur artiste favori, faire ami-ami etc. C’est faux. Je ne dis pas que vous ne rencontrerez pas d’artistes, on ne va pas se mentir j’ai eu la chance d’en rencontrer pas mal depuis que je suis la dedans. Mais si c’est la raison pour laquelle vous vous lancez la dedans, oubliez de suite ! C’est la pire raison. S’il y a bien une « qualité » à avoir pour travailler dans ce milieu c’est de ne pas être fan. Vous êtes grillé de suite si c’est le cas, et dites-vous bien une chose : le milieu de la musique en France est un petit milieu, tout le monde se connait.

Les paillettes etc c’est une illusion. Bien sur qu’il y a plein d’avantages à être dans ce milieu, oui on rencontre des artistes (mais dans un environnement pro, oubliez les photos et les autographes), oui vous pouvez assister à des évènements, mais à côté de ça vous allez travailler, et beaucoup ! Travailler dans ce milieu c’est une passion. Si vous comptez bosser 8 heures par jour, faire 9h-17h et avoir vos soirées et vos week-end de libre passez votre chemin ! Il faut faire ce métier parce que vous aimez ça et que vous êtes prêt pour ça, pas parce que vous rêvez de paillettes et de vie mondaine.

Maintenant que ma petite mise au point est faite, place à moi, mon parcours, mes études, mes stages, mes conseils !

IMG_7846

.

Mon parcours

Sachez déjà que j’arrive de loin. Jamais je n’aurai pensé me retrouver à travailler dans la musique à Los Angeles. Moi, Gaelle, petite bordelaise, tout ce qui me liait à la musique c’était mes samedi soirs devant la Star Ac. J’écoutais tout le temps la radio, j’allais parfois voir des concerts (Bordeaux n’est pas la ville la plus réputée pour ses concerts!) mais je ne pensais pas une seule seconde travailler dans ce milieu. Pour moi c’était un milieu inaccessible, je pensais que les gens qui bossaient la dedans étaient nés sur un plateau télé ou dans une radio (un peu comme les bébés qui naissent dans les choux). Du coup à 15 ans je me suis lancée dans un bac hôtellerie-restauration parce que le métier de réceptionniste me tentait bien. J’ai passé mon BEP puis mon bac mais sans grande conviction, je le faisais parce qu’il fallait le faire, mais je savais que je ne voulais pas faire ça de ma vie. J’ai alors décidé de me lancer dans une licence en évènementiel/RP. A 19 ans premier virage : je passe de serveuse à organisatrice de réceptions. Et puis je continue à me rêver en coulisses des NRJ Music Awards. C’est pendant ma licence que le déclic m’est venu : si des gens font ce métier c’est que c’est possible, ils ont juste bossé pour être la. Mon école proposait des stages, c’est comme ça que j’ai fait mes premiers pas dans la musique.

Eté 2012, j’ai 21 ans et je décide de partir faire un stage à Los Angeles. A mon retour je monte à Paris parce que tout se passe là bas. Deuxième virage : je passe des RP à la production audiovisuelle. Je reste un an sur Paris, puis je reviens à Bordeaux et je prends la décision de partir finir mes études à LA. Je mets la musique de côté pendant un an et je fais un travail alimentaire pour payer mes études. Et en septembre 2014 je pars direction LA pour une durée indéterminée !

 

Quelles études ?

C’est une question qu’on me pose souvent : quelles études il faut faire pour travailler dans la musique ?

A vrai dire il n’y a pas vraiment d’études spécifiques. Je sais que certaines facs ont des parcours un peu liés au spectacle vivant ou à la télévision/cinéma, maintenant un parcours propre à l’industrie musicale il n’y en a pas vraiment.

Pour ma part, comme je l’ai dit avant, après mon bac j’ai choisi de faire une école en lien avec l’évènementiel parce que l’organisation de réception et le métier de Wedding Planner me tentaient bien (c’était la mode à l’époque). J’ai choisi d’aller à Tunon à Bordeaux. C’était une des seules écoles de communication que je connaissais qui pouvait m’accepter avec mon bac pro restauration puisqu’il y avait une partie hôtellerie. Bon, qu’on se le dise : Tunon n’est pas la meilleure école, c’est surtout une pompe à fric, comme beaucoup d’écoles privées. Je vais pas cracher dessus parce que c’est ce qui m’a permis de faire des stages et de trouver ma voie, mais ce n’est pas une vraie école de com et les cours d’évènementiel étaient inexistants. Heureusement j’ai pu poursuivre en DEES Communication et RP et j’ai eu des vrais cours de com, marketing, presse, RP etc…

Je suis ensuite allé à l’ISCPA pour faire une licence en Production Audiovisuelle. J’avais pas mal cherché mais je n’ai pas trouvé beaucoup d’écoles en lien avec l’industrie musicale hormis l’ISCPA et MBA ESG, seulement la formation en production musicale à l’ESG n’est dispo qu’en bac+5, je me suis donc tournée vers l’ISCPA. Je voulais entrer directement en Master 1 mais j’avais des lacunes en compta (production = chiffres!) du coup je suis rentrée en licence 3, qui à l’époque était la première année de la formation en Production. J’ai eu des cours sur l’histoire des musiques actuelles, sur les métiers de la filière musicale, sur le spectacle vivant (notamment avec une intervenante de Live Nation!), sur les médias, mais aussi sur tout ce qui est télé, cinéma et juridique. Et puis quelques cours de comptabilité aussi, qui ne m’auront pas appris grand chose (enfin disons que je ne me souviens de rien!). Comme toutes les écoles privées de ce niveau un stage est obligatoire, donc j’ai pu avoir une expérience parisienne.

J’étais censée rester à l’ISCPA pour encore deux ans pour mon Master mais finalement Paris aura eu raison de moi, je suis revenue à Bordeaux. J’ai démarré un Master 1 en e-Communication mais j’ai arrêté 2 mois après car je me suis très vite rendue compte que ça ne répondait pas du tout à mes attentes, et surtout j’ai très vite découvert UCLA Extension. UCLA était la formation que je cherchais : une formation spécifique à la musique, des cours au choix, un rythme qui permet de faire des stages à côté, la possibilité de rester travailler 1 an de plus. J’ai donc sauté le pas et je suis partie !

Pour ceux qui ne savent pas vraiment par où commencer, sachez déjà que vous ne trouverez pas de formation spécifique à la musique ou qui vous apprendra les différents métiers. Vous trouverez des formations avec des « minor » mais en dehors du MBA ESG, pas de vraie formation en lien avec l’industrie musicale uniquement. Mon conseil c’est de faire une formation générale : communication, management, marketing, business. On vous apprendra des bases, à vous de les appliquer dans votre milieu. Par exemple pendant mes années à Tunon, tout ce que je pouvais apprendre en cours de RP je le transposais moi-même dans mon milieu. Mais jamais on ne m’a appris à organiser un concert ou à faire la promo d’un artiste. Et d’ailleurs pour tous ceux et celles qui veulent se lancer dans l’évènementiel en pensant que bosser dans la musique c’est faire de l’évènementiel vous faites fausse route ! En évènementiel on vous apprendra à organiser des banquets, des séminaires, des conférences, des salons. Rien à voir avec la production d’une tournée. Entre la foire au jambon et la tournée de Muse il y a un fossé, sachez-le ! Évènementiel c’est un mot à la mode mais pas un mot qui existe vraiment dans le milieu musical. L’organisation de tournées c’est de la production, du marketing, de la promo. Tout ce qui est promo des artistes en maison de disque ou radio c’est aussi de la communication, des relations presse & publique. La plupart des gens bossant la dedans sortent d’écoles telles que l’EFAP. Donc attention avec l’évènementiel, vous avez plus de chances de bosser sur des salons professionnels/touristiques que dans le management d’artistes/tournées.

Autre conseil: choisissez une formation qui vous propose de faire des stages, car ce sont les stages qui vont vous permettre d’avancer. Il faut que vous puissiez acquérir de l’expérience le plus tôt possible. J’ai fait mon premier stage en musique à 19 ans, et heureusement ! Heureusement qu’à 24 ans j’ai un CV déjà bien fourni, parce que si vous arrivez à 24 ans avec juste une formation vous n’allez pas avoir de grandes chances. C’est l’histoire du serpent qui se mord la queue : pour obtenir votre premier stage on vous demande de l’expérience, sauf que sans premier stage pas d’expérience. Donc plus tôt vous en avez, mieux c’est !
Une fois la licence passée vous pourrez trouver plus facilement des formations en lien. Je conseille vraiment l’ISCPA. Je sais que ça a un peu changé depuis que je suis partie, mais ça reste tout de même une bonne école. En plus la formation en Production Audiovisuelle s’est développée et va désormais de bac+2 à bac+5, donc vous pouvez l’intégrer rapidement après le bac et vous spécialiser.

Je rajouterai aussi que malheureusement en France on prête beaucoup trop attention aux études, surtout dans les grandes boîtes sur Paris. Donc allez le plus loin possible ! En fait, allez jusqu’au Master 2, tout simplement. Comme je l’ai dit dans mon avant-propos, c’est un milieu très concurrentiel, donc si vous arrivez avec votre « petit » BTS Communication vous allez vous retrouver face à ceux qui sortent d’un bac+5 dans les écoles privées. Je ne vous fait pas un dessin sur qui aura le poste ! ;) Alors certes je me suis arrêtée au bac+3 donc je ne suis pas la mieux placée pour dire d’aller jusqu’au bac+5 mais j’ai deux licences et une année à UCLA, plus beaucoup de stages avec des noms qui parlent. C’est comme ça que je tire mon épingle du jeu.

 

Trouver un stage

C’est grâce à ça que vous pourrez vous faire votre place. Du moins c’est grâce à ça que je me suis faite ma place. Mais je vous l’accorde, trouver un stage n’est pas forcément une tâche facile car la concurrence est rude et je pense que j’ai eu beaucoup de chance jusqu’à présent.

Mon tout premier stage était en boite de nuit. J’organisais les évènements privés et j’ai assisté le Collectif Métissé (il faut bien un début à tout!!). L’année d’après j’ai fait un stage très court (à peine 1 mois) dans une boite de production qui gérait les spectacles du Casino de Bordeaux. C’était en grande majorité de l’humour, très peu de concerts, mais ça m’a permis d’avoir une première idée de comment fonctionnait un promoteur et de voir à quoi ressemblaient les contrats. Puis en troisième année, ma dernière, j’ai intégré NRJ Bordeaux. C’était mon premier vrai stage en lien avec l’industrie musicale. Tout le monde me dit « mais comment tu as fait? ». La réponse est bête mais j’ai tout simplement été au bon endroit au bon moment. Et je pense que pour beaucoup de choses ça marche comme ça. Pour la petite histoire, ils ont fait une déloc (aka une émission en public dans un lieu autre que la radio) à laquelle je suis allée. A la fin j’ai parlé au responsable en lui disant que je cherchais un stage pour les mois à venir. Il m’a expliqué que l’animateur allait changer, que le nouveau prendrait un(e) stagiaire et que je les recontacte à ce moment la, ce que j’ai fait. J’ai discuté avec le nouvel animateur, on s’est rencontré au studio et quelques semaines après j’étais en stage avec lui pour gérer le standard, les jeux, les réseaux sociaux, et pour l’assister pendant les évènements, faire le relais entre le public et les artistes. Rien de bien sorcier mais j’ai juste été la au bon moment ! Les locales d’NRJ postent rarement des offres de stage, donc n’hésitez pas à les contacter directement via leur page Facebook pour savoir s’ils ont des dispo. Je précise que pour Bordeaux il faut être étudiant en communication, c’est le profil qu’ils recherchent.

NRJBdx

Après mon stage à NRJ, je suis partie faire mon stage à Universal Music à Los Angeles. Encore une fois tout le monde me dit « mais comment tu as fait pour partir à Universal et en plus à LA? ». Pour cette partie la je vous laisse lire ma FAQ car j’ai déjà tout raconté.

A mon retour j’ai donc commencé ma licence en Production Audiovisuelle et j’ai pu faire un stage de 4 mois à Warner Music France au département artistique. Pour le coup j’ai postulé comme tout le monde, j’ai répondu à une annonce et j’ai passé un entretien. Ma responsable étant fan de LA, j’avoue que d’avoir passé mon été là bas a été en ma faveur ! Je ne vais pas dévoiler tous mes tips parce qu’il faut bien que vous cherchiez un peu par vous même mais sachez qu’il existe des sites spécialisés en plus des sites officiels des entreprises. En règle générale les stagiaires de l’artistique viennent de Sciences Po car un des DA (Directeur Artistique) est prof là bas. J’ai eu de la chance puisque le rythme des stages venait de changer, ils ne pouvaient pas prendre de stagiaires de Sciences Po à cette période. C’est comme ça que j’ai pu avoir mon stage alors que j’étais à l’ISCPA. Pour ceux qui me demandent ce que je faisais, la tâche la plus importante était de gérer les contrats. J’ai bossé sur la prod exécutive de l’album « Je veux du bonheur » de Christophe Maé, je devais créer les contrats pour les musiciens, gérer le suivi, veiller à ce qu’ils soient remis à temps pour lancer la fabrication de l’album, et gérer le côté administratif en général. A côté de ça j’étais au département artistique donc forcément l’artistique avait une place importante, c’est moi qui recevait, écoutait, et transférait les maquettes aux DA. J’ai aussi fait quelques promos avec des artistes quand les attachés de presse n’étaient pas dispo mais ça restait occasionnel.

C’est pendant mon stage à Warner que mon blues de Paris est arrivé, je suis donc rentrée à Bordeaux et j’ai à nouveau fait un stage à NRJ pendant quelques semaines.

Depuis que je suis à Los Angeles j’ai eu l’occasion de faire deux stages. Un premier au Winter Quarter, dans une agence où je travaillais avec le tour manager et le département marketing/promotion. C’était une petite agence, Coast II Coast, qui gère seulement 3 artistes EDM. Je ne connaissais ni l’entreprise ni les artistes mais du fait de la petite taille j’ai eu pas mal de responsabilités et j’ai beaucoup appris sur le touring. C’était ma première expérience dans ce milieu et elle a été très bonne !
Mon deuxième stage, celui que je fais toujours actuellement mais qui va bientôt terminer est à Live Nation, au département touring. Vous avez toutes les infos sur mon article Comment j’ai décroché un stage chez Live Nation. Je gère la mise en place des tournées pour House of Blues Entertainment, je travaille pour les salles aux Etats-Unis et au Canada. C’est beaucoup de mises à jour, c’est du Excel à longueur de journée mais c’est vraiment sympa ! Je travaille en lien avec Ticketmaster (le Box Office), les Talent Buyers, les managers, les salles. Et surtout j’apprends énormément !

Parenthèse : Je suis toujours en contact avec la plupart de mes anciens collègues et je pense que c’est important de le faire. C’est comme ça qu’on se crée un réseau. Et c’est comme ça que j’ai pu réintégrer NRJ un an après (bon en même temps j’étais toujours fourrée au studio dès que j’étais sur Bordeaux, difficile de m’oublier!). Mais vraiment, se faire un réseau est la clé. D’autant plus pour ceux qui veulent venir à l’étranger après, notamment aux Etats-Unis. Ici c’est le réseau qui compte, je ne le dirai jamais assez. Et pour se créer un réseau rien de mieux que les gens que vous connaissez. Vos collègues, vos responsables, les gens que vous rencontrez lors d’évènements professionnels, toutes ces personnes pourront peut-être vous aider un jour ou l’autre !

Il n’y a pas vraiment de secrets pour trouver un stage, je dirai que la première chose à faire est très bête mais pourtant beaucoup oublient : il faut chercher ! Ce n’est pas en attendant qu’un RH vienne à vous que vous allez trouver. Quand je suis à la recherche d’un stage j’y passe des journées entières. Je fouine les sites, je regarde les anciennes annonces, je recherche des personnes sur Linkedin. Alors ne faites pas comme une personne que je ne citerai pas (mais qui se reconnaitra!) à attendre, attendre, attendre, et repousser au prochain quarter. Ce n’est pas en regardant la Season 11 de Grey’s Anatomy tous les soirs dans votre lit que vous allez décrocher des entretiens. Postuler sur les sites et attendre c’est bien, postuler, chercher à entrer en contact avec les recruteurs c’est mieux ! Go above and beyond ! Et surtout, cherchez jusqu’à ce que vous signez le moindre papier. Tant que rien n’est signé rien est fait, mieux vaut prévoir un plan B (c’est du vécu!). Vous ne trouverez pas un stage du jour au lendemain, ça peut prendre plusieurs semaines ou même plusieurs mois, ne vous leurrez pas !

Si je peux vous donner quelques conseils :

Mettez à jour vos réseaux sociaux professionnels (Linkedin, Viadeo). Je ne crois pas au fait que les recruteurs vont aller fouiner votre profil Facebook si il est bloqué, mais ce qui est sur c’est qu’ils taperont votre nom dans Google, donc autant qu’ils tombent sur vos réseaux pro à jour.

Créez-vous un CV en ligne. J’utilise DoYouBuzz depuis des années et je trouve le site très bien fait et très pratique (et c’est gratuit!). Pensez bien sur à inclure le lien sur votre CV !

Faites des lettres de motivation personnalisées. C’est très chiant soyons clair, ça prend énormément de temps. Mais adaptez chaque LM au poste pour lequel vous postulez, et mettez en avant vos expériences passées qui ont un lien avec le poste que vous demandez.

★ Ne visez pas trop haut dès le premier stage. Soyez réalistes, vous avez peut-être une entreprise de rêve en tête mais je vous conseille d’y arriver petit à petit. Ca m’aura pris presque 5 ans avant de rentrer à Live Nation mais au moins j’y suis rentrée en sachant ce que j’y faisais.

★ Tweetez ! Suivez les comptes des entreprises qui vous intéressent, certaines ont même un compte spécifique pour les offres de stage. Et suivez les employés. Beaucoup postent un tweet quand ils recherchent quelqu’un, c’est bien plus simple et interactif que de passer par les sites où vous ne savez pas qui est derrière l’annonce.

★ Regardez les anciennes annonces de stage. En général les stages durent 6 mois, ça veut dire qu’à l’issue de ces 6 mois (enfin 8 avec la règle des 2 mois de carence) ils vont chercher un nouveau stagiaire pour ce même poste. Donc prenez les devants, n’attendez pas que l’annonce soit en ligne.

★ Trouvez le format des adresses mail. Une fois que vous avez trouvé le format vous n’avez plus qu’à trouver le nom des personnes et vous avez leur mail. C’est bien souvent prénom.nom@, donc à vous de jouer !

★ Rejoignez les groupes Facebook. Il y a plusieurs en lien avec l’entertainment et la musique. Trouvez les groupes de stagiaires, vous aurez plein d’annonces à portée de main.

★ Entrez en contact avec les personnes via Linkedin. Je vous avoue que jusqu’à présent je n’envoyais pas vraiment de messages sur Linkedin mais je me suis décidée à le faire et ça a été plutôt concluant puisque j’ai eu plusieurs retours dont un très bon !

★ Utilisez des mots-clés. Lorsque vous postulez sur les sites de grands groupes (ceux où vous avez un formulaire et où devez retaper votre CV), un premier recrutement se fait automatiquement par mots-clés. Vous pouvez avoir un super CV, si les mots-clés de l’annonce n’apparaissent pas sur votre CV vous passez à la trappe. Donc essayez de reprendre les mêmes termes.

 

Partir aux Etats-Unis

J’ai reçu plusieurs mails me demandant comment faire pour travailler dans « l’industrie de la musique internationale », ce qui ne veut pas dire grand chose. Déjà il n’y a pas besoin d’être aux Etats-Unis, vous pouvez travailler en lien avec l’international depuis la France. Mais je rajoute aussi que vous ne choisissez pas les artistes avec qui vous travaillez ! Si c’était le cas je bosserai sur la tournée de Janet Jackson, sauf que pour le moment je bosse pour Tokio Hotel. Encore une fois posez-vous la question de pourquoi vous voulez venir aux Etats-Unis. Si c’est pour être au plus près des artistes que vous adulez vous faites fausse route. Si je dis ça c’est parce que j’ai reçu beaucoup trop de mails de ce genre. Non, ce n’est pas parce que vous venez à Los Angeles que vous passerez vos journées à siroter une menthe à l’eau avec Bieber.

Je ne vais pas écrire des centaines de lignes à propos des Etats-Unis car il y a déjà beaucoup d’infos tout au long de mon blog. Parcourez la FAQ, parcourez la page UCLA et vous trouverez tous mes conseils sur comment venir.

On m’a beaucoup demandé comment venir faire un stage à Los Angeles, je le redis mais attention à la loi ! Il est (la plupart du temps) impératif que l’entreprise vous donne des School Credits pour que vous puissiez faire un stage non-rémunéré. Les School Credits sont leur moyen de vous rémunérer. Donc assurez-vous que votre école en France marche avec les credits car sans ça c’est impossible. Bien sur certaines entreprises contournent la loi mais c’est rare ! Si c’est un stage rémunéré, pas de soucis de School Credits, mais ce n’est pas des plus courants. Je sais qu’AEG en a quelques-uns suivant les quarters, mais ça reste une denrée très rare.
Pour ce qui est de la recherche de stages depuis la France je ne peux pas vous dire car je ne l’ai jamais fait. Mon stage à Universal a été trouvé via mon coach puisque j’ai fait un programme. Et pour les autres stages c’est durant ma formation à UCLA. Je peux juste dire que ça vous demandera encore plus d’efforts que lorsque vous cherchez un stage en France. Ca va être des mois de recherche, des nuits blanches (jetlag oblige), des CV à adapter en anglais (avec les règles des CV américains qui sont différentes des règles des CV français), des contacts à trouver, des démarches administratives. Ce n’est pas impossible, c’est juste très difficile, spécialement dans ce milieu car à LA il ne manque pas d’étudiants en musique. Entre UCLA, UCLA Extension, USC, les minors en Music Business, il y a déjà des milliers d’étudiants. Et les entreprises préfèrent quelqu’un à portée de main que quelqu’un qui va mettre des mois à arriver, pour lequel il va falloir signer des dizaines de documents et tout gérer à distance.

Concernant les études, tout est déjà sur mon blog. J’ai retracé mon aventure du jour où j’ai décidé de partir jusqu’à aujourd’hui donc il suffit de remonter les articles !

Pour ceux qui souhaitent partir aux Etats-Unis :

★ Réfléchissez bien à pourquoi vous voulez partir. Le rêve américain n’existe pas, vous n’allez pas du jour au lendemain vous retrouver à travailler aux côtés des plus grands artistes, gagner des milliers de $, partir en tournée à travers le monde ou autre. Rêver c’est bien mais il faut rester proche de la réalité !

★ Ayez des économies. La vie à LA est chère, il faudra faire avec. Je le dis dans ma FAQ, si vous n’avez pas d’argent ne partez pas.

★ Envisagez plusieurs possibilités. Au début j’ai voulu venir en stage, puis finalement je suis venue faire mes études qui m’ont permis de faire des stages. Il y a plusieurs catégories de visa, voyez ce qui vous correspond le plus.

★ Ne faites pas trop de plans sur l’avenir. Dû à l’immigration et aux visas vous ne savez pas où vous serez dans un ou deux ans. Donc ne pensez pas venir et rester ici à vie. Vous serez peut-être de retour en France, vous arriverez peut-être à trouver un sponsor, rien est jamais sur.

★ Gardez espoir, croyez en vos rêves, mais tout en suivant les conseils précédents !

 

IMG_7868

Voila donc pour ceux qui se posaient des questions sur mon parcours et comment j’en étais arrivé la. Si vous voulez en savoir plus sur mes stages et mes missions vous pouvez jeter un coup d’oeil à mon CV en ligne par ici.

Je rajouterai que j’ai mis beaucoup de temps à trouver ma voie. L’industrie musicale c’est très large, il y a énormément de métiers. A aujourd’hui je sais que je veux être dans le touring mais j’ai mis du temps à le savoir, et je ne sais toujours pas exactement quel poste je veux avoir. C’est pour ça que je suis passée par plusieurs types d’entreprises et plusieurs postes. Donc c’est normal si vous ne savez pas exactement ce que vous voulez, faites des stages et voyez ce qui vous plait mais surtout ce qui ne vous plait pas ! Au fur et à mesure de vos expériences vous trouverez votre voie ! Peut-être qu’aujourd’hui vous rêvez d’un poste en particulier mais ne vous focalisez pas sur ça uniquement. Faites-vous votre expérience un peu partout, tâtez le terrain. Sachez aussi que c’est un milieu assez spécial, surtout sur Paris. Il faut avoir les épaules solides. Je rêvais de travailler en maison de disque, j’y ai fait un stage, et croyez-moi je n’y remettrais pas les pieds. Donc il n’y a rien de mieux que l’expérience pour se faire une vraie idée et vraiment savoir ce qui est fait pour nous.

Je précise que cet article est de mon point de vue. Je parle par rapport à ma propre expérience, par rapport à ce que j’ai vu et ce que je connais. Je vous donne des conseils, je sais de quoi je parle mais je n’ai pas la science infuse. Ce n’est pas parce que ne ferez pas une école de communication que vous n’y arriverez pas. Vous trouverez peut-être un stage en deux jours, ou alors vous trouverez un travail sans avoir fait de stages.

J’ai écrit cet article pour vous donner des conseils pour que vous mettiez toutes les chances de votre côté, mais il n’y a pas vraiment de secret. La musique ce n’est pas comme médecine, vous pouvez y arriver même en venant d’un cursus complètement différent.

Bonne chance à tous, peut-être à bientôt en backstage, et si vous avez des questions n’hésitez pas à laisser un commentaire ou à me contacter par mail !

signature logo

8 Comments

  • Max 26/04/2017 at 6:46

    Hello Gaelle,

    Merci pour ton blog, qui regorge d’infos super intéressantes !

    Je suis batteur pro et prof de batterie à Lille. Je me demande si tu connaissais des directeurs musicals à L.A ? C’est souvent eux qui font passer des castings lorsqu’ils cherchent des musiciens pour une tournée.
    Je serai 2 semaines à L.A et Vegas du 13 au 27 Mai.

    Reply
    • Gaelle 26/04/2017 at 10:43

      Hello Max, je ne connais pas de directeurs musicaux non.. Et avant de pouvoir etre pris sur une tournee il faut avoir le visa qui te permettra de le faire, je ne connais pas ta situation (si tu es sur Lille je suppose que tu n’as pas encore de visa sinon tu serais deja la) mais c’est la premiere chose a faire si tu veux essayer de faire quelque chose aux USA.

      Reply
      • Max 27/04/2017 at 4:37

        Merci pour ta réponse :-) Je n’ai pas de Visa en effet, mais je sais que certaines boite de prod s’arrangent pour l’obtenir pour certains musiciens….

        Reply
  • Meriem Mounchid 08/04/2017 at 6:43

    Salut ; j’ai un bac+2 dut en programmation (informatique) et j’ai envie de continuer dans la music ,est qu’il ya Dan’s les Entertainment de music un post pour les programmeurs? Et merci pour tes conseils.

    Reply
    • Gaelle 09/04/2017 at 3:29

      Hello Meriem, tout ce qui touche à l’IT est très demandé et je ne doute pas qu’il y ai de la demande dans l’entertainment mais te dire quoi exactement je ne sais pas puisque je suis très loin de ce milieu !

      Reply
  • Ludivine 09/07/2015 at 11:50

    Hello,

    Juste pour info : J’ai fait le MBA ESG, on y apprend beaucoup sur les métiers de la musique, les intervenants sont des professionnels actuels dans la musique : (éditeurs, avocats, spectacles vivants, maison de disques, SACEM, managers et bien d’autres .. ). Cette formation est possible en alternance, personnellement j’avais commencé en alternance dans un label indépendant puis j’ai pu faire ensuite un stage chez Sony Music. Une telle formation est géniale pour comprendre les enjeux et les différents métiers ( qui sont bien plus nombreux qu’on le pense) mais rien ne vaut l’expérience ( et le réseau), il faut enchainer les stages pour obtenir un jour un poste par la suite !

    Reply
    • Olivier 23/05/2017 at 5:45

      Hello Gaelle,

      Je recherche actuellement une alternance dans l’industrie musicale sur Paris, si jamais tu as des adresses, n’hésites pas je suis preneur.
      Article très intéressant en tout cas.

      Bonne continuation

      Reply

Laisser un commentaire

EnglishFrench